Fuji : on a quand même le droit d’avoir un peu de bol !

Un tour du monde, c’est choisir en permanence ce qu’on ne verra pas. Parfois, on le savait à l’avance mais d’autres fois, on s’en rend compte au dernier moment. Les transports sont galères, on n’a plus le temps, on est crevés, ou la météo n’est pas propice.

C’est ce qui a failli nous arriver avec le Fuji. La veille de notre départ de la région, on ne l’avait toujours pas vu pour cause de typhon 22

Mais au final, on a eu droit à un Fuji de carte postale, sans l’avoir prévu !

En effet, lors de l’achat du billet tour du monde, on a juste cherché à éviter les périodes où la météo était mauvaise. On a utilisé pour ça quelques recherches sur internet et le super planificateur du site a-contresens.

Donc tout ce qu’on savait de la météo au Japon, c’est qu’il y ferait plus froid que dans les autres pays visités avant et juste après (facile, comparé à l’Iran en Aout !). On avait donc prévu des pantalons et un pull chacun qui se sont même révélés limite quand on s’est retrouvés coincés par typhon 22 dans une chambre mal chauffée.


Mais ce qu’on a découvert le lendemain, c’est qu’on était au Japon à l’une des deux meilleures périodes de l’année : celle où la forêt prend des couleurs improbables. Premier coup de bol…

Après avoir dormi dans la même auberge que nous, les pèlerins passent depuis le 8eme siècle au temple Fuji Sengen-Jinja, juste au bout de la rue. Et nous découvrons cette merveille dont on ne soupçonnait même pas l’existence ! Deuxième coup de bol.


Et cerise sur le gâteau, un couple de futurs mariés en tenue traditionnelle viennent faire une séance photo dans le temple. On se croit projetés en arrière dans un siècle tellement plus coloré que le nôtre ! Troisième coup de bol.


On a continué notre chemin vers le Fuji. La période des ascensions se termine en Aôut mais on a pu faire une promenade dans la forêt sur le chemin des pèlerins. Et une clairière nous a permis de sortir le drone pour survoler une forêt verte, jaune, orange et rouge. Quatrième coup de bol.


Et tout ça sous l’œil d’un Fuji imposant.


Rebelote au bord du lac Kawaguchi-ko, où les couleurs des arbres vous font croire que je suis un maître de Photoshop…

Savourons notre chance !

7 réflexions au sujet de « Fuji : on a quand même le droit d’avoir un peu de bol ! »

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s