Que dire de Jaisalmer ?

Le contraste entre la deuxième classe (avec clim) indienne et la première iranienne est saisissant.

En Iran, on avait un compartiment fermé, avec tablettes rabattables, le wifi (qui ne marchait pas mais l’intention était louable), un dîner chaud et bon servi à la bonne heure, des toilettes nickel et parfumées. Un vrai luxe dont la SNCF ferait bien de s’inspirer.

En Inde, nous avons eu droit à un compartiment isolé par un rideau (des passagers de la couchette du couloir sont venus glisser leur sac sous mon lit et recharger leur portable sur notre prise), une barquette plastique payante comme repas (tiède au départ, froide quand on l’a mangée), à laquelle les enfants n’ont presque pas touché, des toilettes, disons, indiennes (avec vue sur la voie), etc. Bon, disons que c’était un peu plus vivant qu’en Iran.

Mais tout ça avait un but unique : créer le plus grand contraste avec la beauté de Jaisalmer. À la descente du taxi en face de la seule porte du fort, c’est le choc. Au dessus des remparts (99 bastions ronds encerclent la colline) se dresse le palais. La pierre jaune orangée doit se prêter particulièrement bien à la sculpture car toutes les façades du palais et des vielles maisons sont parées de véritables dentelles de pierre.

Même sous le soleil écrasant de midi, la pierre est dorée, le relief des sculptures bien visible.  Alors qu’est-ce que ça donnera au coucher du soleil ?

On monte dans le fort en tirant nos sacs à roulette. L’enchantement continue ! C’est une de ces villes labyrinthes comme je les aime. On trouve notre chemin presque facilement. La façade de l’hôtel Victoria est ornée du même motif que le palais. La réception minuscule est partiellement à ciel ouvert. Dans cette ville du désert où il ne pleut que 7 cm par an, la pluie n’est jamais un problème mais une bénédiction.

Le jeune de la réception (a-t-il même 25 ans ?) nous informe qu’on est surclassés (on est en fait les seuls clients). Notre chambre est dotée du plus romantique des petits balcons. On ne s’y tient pas debout mais allongé sur des coussins. Et on y contemple les remparts. Magique !

Le soir, on prend une bière sur le toit terrasse de l’hôtel. Et la magie opère : la pierre déjà dorée devient de plus en plus orange. Les courbes des bastions prennent encore plus de relief.

Un de ces moments où l’on a envie de dire « arrêtez le monde, je descends ici ».

Je sors mon drone, mais un peu tard. La luminosité est trop faible pour qu’il compense le vent qui monte de la ville. À peine décollé, il termine dans un mur. Une hélice cassée…

Le lendemain on monte un peu plus tôt. Je flippe en regardant les militaires en contrebas. Jaisalmer se trouve à moins de 100km du Pakistan, et la ville a toujours eu une position stratégique (le maharadja local taxait les caravanes de la route de la soie, d’où le luxe du palais) et elle compte de nombreuses casernes. J’ai lu aussi que des jeunes avaient été arrêtés pour avoir fait voler un drone alors qu’un VIP arrivait en ville.

Le soleil tape encore, et je stresse non seulement pour les militaires mais aussi pour mes capacités de pilotage (je ne me suis entraîné que deux semaines, avant l’Iran, et l’expérience de la veille n’a pas été probante).

Je termine la séance de drone avec ma chemise collée par la sueur, mais le résultat rend bien la magie de ce lieu mythique :


La ville de Jaisalmer est simplement l’une des plus belles que j’ai jamais vues ! Comme je l’écrivais, il y a une énorme différence entre savoir et voir. Je savais que c’était beau, mais je n’en ai pas moins pris une grosse claque de bonheur esthétique en arrivant !

6 réflexions au sujet de « Que dire de Jaisalmer ? »

  1. Magique !!!
    Ca fait 2 jours que vous me manquez le matin entre le 109 et le 111, mais j’ai de quoi me consoler avec votre blog: je voyage avec vous 🙂 bises et vivement la suite…

    J'aime

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s