Cache-cache à Kashan

Située à mi-chemin d’Ispahan et de Téhéran, Kashan (prononcer « cochonne » pour faire marrer les gosses) tient un peu de Yazd mais avec moins le côté labyrinthique des ruelles de la cité du désert. Rectification, on s’est aussi bien perdus, surtout parce que Google maps est complètement à la rue ici (sans jeu de mots) !

On y trouve aussi les tours des vents, les qanat (pour une séance de rattrapage, lisez notre article sur Yazd).

Kashan s’est certainement plus développée économiquement que Yazd. Des rues plus larges, presque accessibles en voiture (à condition que la voiture soit petite et qu’on ne s’appelle pas Aurélie), et donc plus exposées au soleil.

Kashan a connu au XIXe siècle un concours de celui qui aura la plus grosse maison. Entre les gouverneurs locaux, les marchands d’armes et de tapis, la compétition a fait rage.

Résultat, de superbes maisons, construites autours de cours arborées et agrémentées de bassins aux petits jets d’eau glougloutants (si je peux me permettre). Et comme à Yazd, toutes les maisons sont construites sous le niveau de la rue, pour garder un peu de la fraîcheur du sol.

Leur visite enchante les parents (qui imaginent la vie de pasha qui a dû être menée ici) et fatigue les enfants, peu sensibles aux stucs et aux peintures.

Jusqu’à la troisième maison, l’abbasian house. C’est la plus grande : 7000 mètres carrés sur trois étages, autour de cinq cours intérieures !

Et nous sommes tous seuls !

On propose alors aux enfants de se cacher. Après avoir compté 30 secondes dans un coin, les parents arpentent les terrasses, couloirs, et escaliers. Séverin est vite retrouvé. Mais de Merri, point !

Au bout de 20 Minutes, on abandonne. Il nous révèle son secret. En haut d’un des innombrables escaliers, une minuscule plateforme où même un enfant ne peut se tenir debout, sans aucune utilité d’habitat.

Revanche des parents, et rebelote ! Les enfants ne nous trouvent pas ! Même lorsqu’on les appelle, les échos et la multitude de cachettes les empêchent de nous localiser…

Cette maison est vraiment le cadre idéal pour jouer à cache-cache !

Au final, la visite que les garçons ont entamée en traînant les pieds a duré plus d’une heure, pleine d’éclats de rires et d’appels désespérés pour retrouver les parents…

4 réflexions au sujet de « Cache-cache à Kashan »

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s