Congé sabbatique (suite)

IMG_0002

Pour les boites américaines, le droit du travail français est à la fois un grand mystère et une source de cauchemars. Que l’on puisse prendre un an de congés (non rémunérés quand-même), est proprement hallucinant ! Mais il semble que la terreur de devoir contester ledit droit l’emporte sur l’incrédulité. Donc le mieux est d’accepter.

Ceci dit, dans mon cas, ils ont été cools, donc merci ! A part « je suis un peu jaloux mais je vais aller dans ton sens », je n’ai eu aucune remarque…

Au final, comme le précise la lettre de mon employeur : nous ne pouvons pas vous garantir que vous retrouverez le même poste. C’est de bonne guerre ! Dans un secteur comme le mien, dans une start-up (même de 1000 personnes), qui peut savoir quel sera le marché dans un an ? Quelle sera la situation de la boite ? Quels seront les besoins ? Qui sera encore là ?

Moi-même, de quoi aurais-je envie en Août 2018 ?

Finalement, je me suis bien amusé en annonçant mon congé à l’équipe. Lors d’un tour de table pour planifier les congés de l’été, j’ai dit : « je serai absent du 4 août au 1er août ». On m’a répondu : « tu veux dire, du 1er au 4 août ! ».

« Non, du 4 août au 1er août ! »

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s